Les autres actions de l'ADPRGA

Bienvenue sur le site de l' ADPRGA

  • Suite à la nouvelle inondation  du Gier début Novembre 2014,l'ADPRGA propose la publication suivante au Progrès de Givors et St Chamond
  1. Mail adressé le 22 Novembre 2013 à Monsieur François Rochebloine par le président de l'ADPRGA



À : frochebloine@assemblee-nationale.fr


Bonsoir Monsieur le député,


 


J’accuse réception de la copie du courrier daté du 2 octobre dernier que vous avez adressé que vous avez adressé à Monsieur Philippe MARTIN, nouveau ministre de l’Ecologie, ce dont je vous remercie bien vivement au nom de l’ADPRGA.


Je suis sensible au fait que vous ayez souligné les interrogations suscitées dans la vallée du Gier entre, les dispositions du PPRI et de son critère de crue centennale et celui du contrat de rivière limité à la crue trentennale.  Ce qui me conduit une fois encore à dire que les populations de la vallée du Gier sont et resteront moins protégées  que celles de la vallée de l’Ondaine qui bénéficie d’une protection centennale. Ce qui sera également le cas pour la plus grande partie de la population stéphanoise, qui va profiter également d’une protection centennale grâce à une augmentation de capacité de la retenue de Rochetaillée. Nous ne pouvons que nous en réjouir pour ces populations. Mais cela nous conduit à nous interroger sur notre sort de parents pauvres en matière de protection en vallée du Gier, pourquoi une politique de 2 poids 2 mesures en vigueur chez SEM ? 


Nous souhaitons que vous puissiez nous aider à comprendre cela, car nous ne sommes pas en mesure de l’expliquer aux riverains du Gier !!!


A toutes fins utiles je porte à votre connaissance que votre collègue Georges FENECH a posé une question écrite le 22 octobre dernier au ministre de l’écologie allant dans le même sens que votre courrier.


 


Je souhaiterais, Monsieur le député que vous puissiez influer tant auprès de Madame la préfète de la Loire, que du directeur de la DDT 42, afin que le PAPI Gier en cours d’élaboration par SEM, prenne en considération une protection de niveau centennale, prenant en considération les courriers contenant nos propositions en la matière que nous leur avons adressées.


 


Par avance je vous en remercie et reste à votre disposition pour tous compléments nécessaires.


 


Recevez, Monsieur le député, l’expression de ma parfaite considération.     


 


Jean PABION


Président ADPRGA


Jean.pabion@gmail.com

Le document suivant reprend les observations de l'ADPRGA, concernant le projet de programme d’actions du contrat de rivière présenté par SEM le 3 juillet 2012 : l’ADPRGA n’est pas satisfaite de ce projet, car son aspect "actions de protection" n’est pas à la hauteur des enjeux définis par l’étude réalisée pour le compte de l’Etat. A cette date, nous n’avons pas d’information concernant les études complémentaires relatives aux parties couvertes du Janon et du Gier, ni de la partie de la Ville de Givors sise entre le Gier et l'A 47, ni même sur l’étude d’évacuation de la zone commerciale à Givors. Ce sentiment s’exprime dans les courriers adressés aux co-présidents du comité de rivière


En ces conditions comment peut-on imaginer que l’on puisse valablement valider un tel projet d’actions d’un montant de 50 millions d’euros, qui sera payé par les habitants du bassin versant par le biais de la fiscalité locale, et par celui de la consommation d’eau (voir nos observations formulées sur les documents cadrés et directifs, donc contraignants, produits par le techniciens de St-Etienne-Métropole).


Ceci nous a conduit, outre les documents sus-évoqués, à adresser un courrier à la Ministre de l’Ecologie, aux députés de la la 11ème circonscription du Rhône et de la 3ème circonscription de la Loire,  impactées par le bassin versant du Gier et de ses affluents, mais aussi aux préfets de la Loire et du Rhône, ainsi qu’aux Présidents des Conseils Généraux des deux départements, et à celui de la Région Rhône-Alpes.

Demande de modification au projet de compte rendu par SEM, et relative à la réunion du contrat de rivière qui s'est tenue le 3 Juillet 2012 (président de l'ADPRGA)

Bonjour Monsieur PADET


 


J’accuse réception de votre projet de compte rendu de la séance du 3 juillet dernier du contrat de rivière, dont je vous remercie et pour lequel, je souhaite que vous apportiez les modifications suivantes :


 


1°) M PABION (ADPRGA) s’étonne que les efforts se concentrent sur la partie Rhodanienne du contrat de rivière pour ce qui concerne la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires.


Or mon intervention et mon étonnement ont été suscités par  le fait que les efforts porteraient sur des affluents ligériens et aucun affluent rhodanien ne seraient concernés, alors que les relevés font apparaître une plus forte concentration de produits phytosanitaires dans le cours aval du Gier, c'est-à-dire la partie rhodanienne


2°) M PABION s’interroge sur la stabilité du lit et des berges à l’issue des aménagements réalisés et par conséquent de la pérennité des investissements.


Mon interrogation en qualité de riverain mais également en tant que contribuable concernait le devenir de ces investissements, qui sont les plus onéreux dans le projet financier du contrat de rivière, en cas de survenue d’une crue centennale, telle que définie par l’étude SOGREAH réalisée pour le compte de l’Etat ?   


3°) La méthodologie de l’analyse « coût bénéfice »


M PABION trouve dommageable que le choix des actions soit réalisé uniquement au regard de l’analyse « coût bénéfice » où la méthode de calcul utilisée est d’ailleurs inconnue par la plupart des personnes.


Mon intervention sur l’analyse du « coût-bénéfice » a porté sur le caractère restrictif de son calcul par les techniciens du comité de rivière, dans la mesure où il ne prend pas en compte les coûts des réseaux et des infrastructures, pourtant absolument nécessaires pour les riverains, mais aussi pour leurs autres usagers.


4°) Reméandrage du Gier entre Chateauneuf et St Romain En Gier


Je suis intervenu pour faire part du soutien de l’ADPRGA à la proposition du représentant de l’Agence de l’eau relative au reméandrage du Gier dans sa partie aval, dans la mesure où une telle disposition freinerait la vitesse de la rivière et réduirait son action érosive des berges.


 


Par avance je vous en remercie.


 


Jean PABION


Président de l’ADPRGA

Réponses de Saint Etienne Métropole aux questions posées par l'ADPRGA (1ER semestre 2012), dans le cadre de l'élaboration du PPRI

Discussions avec SEM sur les stratégies relatives au contrat de rivière et les scénarii retenus

L'ADPRGA écrit à St Etienne Métropole en Octobre 2011, dans le cadre de la stratégie mise en place pour gérer les inondations sur le bassin versant du Gier